Le « Selfie » de Naruto et PETA: La mauvaise approche!

Accueil / Droit & Animaux / Commentaires de l’avocat / Le « Selfie » de Naruto et PETA: La mauvaise approche!

(Éditorial)

J’avance que PETA procède de la mauvaise façon, notamment en voulant s’entêter à vouloir « humaniser » les animaux, par exemple, et en voulant appliquer  à ces derniers des concepts que même les humains ne respectent pas! Voici mon raisonnement logique, réaliste et pragmatique:

L’Humanisation des animaux

PETA choisissant de faire bénéficier aux animaux des « droits » que l’Homme a réservés à l’Homme, tente maladroitement d’humaniser les animaux et tant qu’ils continueront de la sorte, ils ne rallieront pas la majorité de la société.

Le Juge de district William Orrick émet une opinion réaliste et juste, car il reconnaît que le Congrès américain et le président:

a) ont la « capacité » d’accorder (et non qu’ils l’ont fait)

b) une « protection juridique » (et non la « jouissance » de bénéfices légaux) aux animaux comme aux humains.

Juridiquement: Qui est le bénéficiaire des « droits » de propriété intellectuelle?

"Le 1er avocat à pratiquer des "singeries""

« Le 1er avocat à pratiquer des « singeries »"

Selon moi, la vraie question à se poser est: qui a la responsabilité du bien-être des animaux vivants sur le territoire où ils sont situés? La réponse: les autorités qui administrent cette réserve faunique en Indonésie (sur l’île de Sulawesi).

Ce sont  donc eux qui, si la législation indonésienne le stipule, peuvent se poser en détenteurs de quelconques « droits » de propriété intellectuelle vis-à-vis par exemple les photos prises des animaux vivants sur la réserve faunique, et entamer un recours contre tout contrevenant à leurs « droits ».

De plus, le litige semble avoir pris naissance sur le territoire indonésien (la photo aurait été prise « illégalement » dans la réserve), donc, comment un tribunal américain pourrait-il s’arroger la capacité d’entendre cette cause? La seule option serait qu’en vertu du droit applicable, le domicile du photographe David Slater (qui est Britannique) ou de l’éditeur du livre, soit aux États-Unis (ce qui est le cas, l’éditeur Blurb étant situé à San Francisco).

Le caractère « historique » (selon PETA) de ce dossier: quelle est l’origine réelle de cette poursuite?

Selon le procureur de PETA, Me Jeff Kerr, ce dossier revêt un caractère « historique », car c’est la première fois que PETA argumente le « droit » d’un animal de posséder des biens matériels, et qu’en somme maintenant que les animaux peuvent êtres au même niveau que les humains, en ce sens.

Je ne peux être qu’en désaccord avec ce raisonnement, car l’importance et le caractère historique d’établir juridiquement la responsabilité de l’homme du bien-être des animaux vaut tellement plus que sur la capacité des animaux de gérer le pécule obtenu pour l’utilisation de leur image!

D’ailleurs, est-ce qu’on se pose la question suivante: qu’est-ce qui engendre tout ce débat juridique? Est-ce le nombre « historique » de 100 livres seulement

"Voici ce que pensent les animaux des gens qui les abusent!"

« Voici ce que pensent les animaux des gens qui les abusent! »

vendus dans le monde (selon Andrew Chung de Oddly enough) , pour lequel selon PETA, les droits de propriétés intellectuelles accordés par le tribunal à Naruto, « leur » servirait à financer la préservation de l’habitat d’animaux. Est-ce une nouvelle façon pour PETA de financer ses activités.

Il est donc souhaité que l’habitat préservé soit « de taille modeste », vu la somme ainsi obtenue par la voie judiciaire! Enfin, est-ce que quelqu’un a demandé aux animaux ce qu’ils veulent faire avec toute cette manne qui leur reviendra si le tribunal leur donne raison?

Donc, quelle est la véritable intention de PETA: le bien-être des animaux sur la réserve de l’île de Sulawesi ou une nouvelle façon de financer ses activités. Oh… en passant, est-ce que le photographe David Slater redonne (une fois les frais de publication couverts) à la réserve de l’île de Sulawesi? Sinon, pourquoi ne pas y avoir pensé?

En conclusion: Droit & Obligation c.  Bénéfices et Responsabilités des Humains et des Animaux

Dans mes 30 ans + de pratique légale, à négocier et rédiger des contrats, j’ai banni les mots droits et obligations dans tous mes contrats, parce que ces mots ont perdu tout leur sens. L’homme du 21e siècle ne s’attarde qu’au mot DROIT…comme dans « C’est mon droit…J’ai des droits »…car plus personne n’est responsable de quoi que ce soit, donc l’homme a encore moins « d’obligations ».

L’utilisation des mots « Bénéfices » et « Responsabilités » serait tellement plus descriptive et porteuse d’une société qui s’aime et qui aime ceux et celles qui la composent. De plus d’être responsable de ses actions et du bien-être des gens qui nous entourent, nous libère de l’intervention et de la subjectivité, des conséquences et des gestes des autres! Et d’être responsable, l’homme a maintenant la jouissance de bénéfices qui sont mérités et non une gratitude divine, comme l’homme interprète « avoir des droits »!

"Notre bien-être vaut plus que des "singeries"!"

« Notre bien-être vaut plus que des « singeries »! »

La vraie liberté de l’homme, c’est sa capacité constante de choisir ce qu’il veut ou non dans sa vie. Donc d’être responsable, c’est de choisir d’avoir des responsabilités  et ensuite de choisir de jouir de bénéfices mérités. Donc l’Homme,  lui-même un animal dit « évolué » par rapport aux autres espèces animales,  a toujours la capacité de choisir, au contraire de celles-ci, qui n’ont pas cette capacité-là (agir d’instinct ne demande pas de réflexion!)!

En conclusion, quand L’Homme choisira clairement d’être responsable (de lui et des espèces animales qui sont sous lui, selon la hiérarchie déterminée par la Nature )…il sera enfin LIBRE et vivra enfin en symbiose avec les autres races animales , et  cela assurera l’existence et l’évolution de toutes les races!

« The Guy » @ clanimal.com                                    

The Guy

Laisser un commentaire

ENVOYER MON COMMENTAIRE Monter

Recent Posts
Contact Us

Send us an email and we'll get back to you as soon as possible. Thanks!